Fais ce qu’il te plaît !

« La vocation, c’est avoir pour métier sa passion. » Stendhal
« Pleasure in the job puts perfection in the work » Aristote

Lorsque nous ouvrons cette porte et que nous passons le seuil pour quitter la maison de l’enfance, nous entrons dans ce monde plus limité qui est celui des adultes.

Pourquoi dire ça ? Tout simplement parce que le monde des adultes est un monde plus sérieux dans lequel la créativité est très vite rattrapée par ce que beaucoup appelle le « sensé » et la « réalité ». Nous sommes sûres  que tu as une histoire à nous raconter ressemblant à celle de l’un de nos reporters.

Mais ne fait pas l’erreur de croire que cette porte est définitivement fermée à clés. Laisse nous te dire un secret … Ce n’est pas vrai. Aurais-tu fais comme nous ? Te serais-tu garder quelque part cette fameuse clé ?  😉

Pour savoir quel métier faire plus tard, tu dois apprendre à te connaitre et savoir ce que tu aimes faire. Pour cela il va falloir utiliser la clé de ton enfance …

 

  • Écris tous tes souvenirs sur les choses que tu faisais étant  jeune et que tu adorais.

Exemple d’un de nos reporters : « J’adorais construire des cabanes, ouvrir des appareils électroniques pour comprendre comment ils fonctionnaient (Mes parents n’étaient pas toujours très contents …), aider mon père à la ferme et à bricoler »

  •  Déduis en des centres d’intérêt. Il faut savoir que ce que nous aimions faire plus jeune était des choses dont nous avions les compétences sinon on s’ennuyait vite… Donc tu peux en déduire que les centres d’intérêt que tu trouves sont des compétences que tu as de façon innée chez toi, il suffit de les travailler pour les exploiter.

Exemple d’un de nos reporters : « J’en déduis que mes intérêt sont: Comprendre le fonctionnement de l’électronique,  fabriquer, réfléchir pour concevoir de nouveaux produits »

  • Trouve des métiers associés à ces compétences et ces centres d’intérêts.

Exemple d’un de nos reporters: « Je suis aujourd’hui ingénieur en électronique. Je développe des cartes électroniques dans les objets connectés, comme par exemple  la gestion de l’intensité lumineuse d’une lumière avec un smartphone. Et j’adore ce que je fais, j’en apprend tous les jours. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *